Les artistes

Jean Sgard, orfèvre et graveur

Nous avons acquis deux gravures ¹ signées Jean Sgard représentant Abbeville, l’une la collégiale Saint Vulfran et l’autre une vue depuis le pont de Talence.

« Jean Sgard est né à Abbeville, le 21 mars 1891. Son père tient une entreprise de plomberie-zinguerie et il est destiné à continuer le métier de son père. Il va à l’école communale jusqu’à ses treize ans puis commence à travailler avec son père pour la pose de toitures et de gouttières.

Inscrit à l’école des Beaux-Arts d’Abbeville, il suit les cours de Marius Martin lorsque son père n’a pas besoin de lui. « Je trouvais M. Martin devant un chevalet avec ses pinceaux, devant une planche de bois ou de cuivre avec ses burins. Il m’installait devant un modèle, puis s’asseyait à côté de moi.1» C’est ainsi qu’il s’est formé à l’art.

Après la guerre de 1914-1918, il ouvre une bijouterie située à l’angle de la place Sainte-Catherine et de la rue de la Boucherie. Son épouse tient le magasin et il travaille dans son atelier au premier étage de la maison. Il y réalise, lorsque les travaux de la bijouterie lui en laisse le temps, des travaux d’orfèvrerie d’étain modernisés : pots d’étain, pichets à cidre, services de fumeurs, plats décoratifs, bonbonnières… Il obtient une médaille d’argent à l’exposition internationale des Arts décoratifs de 1925.

En 1936, il obtient le titre de meilleur ouvrier de France au concours de l’exposition nationale du travail.

Lors de l’Exposition internationale de 1937, un grand prix lui est décerné pour l’ensemble des œuvres présentées : objets d’étain et fonts baptismaux destinés à l’église Saint-Jacques d’Abbeville.

Il est cependant à souligner que Jean Sgard ne réalise pas seulement des travaux d’orfèvrerie. Il pratique aussi l’eau-forte, le monotype, la pointe sèche ainsi que l’aquarelle et la peinture à l’huile, le dessin et la gravure sur fil de bois. Il donne la priorité au burin « qui va vers le cœur »2. Il illustre nombreuses brochures et des livres. L’un d’eux, illustré de vingt vues de la ville avant 1940, Abbeville, ville d’art et ville martyre, est offert à Vincent Auriol et au général De Gaulle lors de leur venue à Abbeville. »²

Jean Sgard est décédé en 1966 et un fonds lui est consacré aux archives départementales de la Somme (consultable en ligne).

¹ Gravures en vente dans notre boutique et sur notre site

² Textes de la Société d’émulation d’Abbeville.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *